#slowfashionoctober – week 3

Handmade – Fait main

There are a lot of though provoking questions on this week’s topic, about style, fit, skills, stash, as well as making time and space for making.
Pas mal de questions qui invitent à la réflexion avec le sujet de cette semaine, à propos de style, expertise, patrons, stock, le temps et l’espace pour faire.

Style

My style is more American than French. I value comfort above all, without sacrificing style. I am slowly getting better at choosing my knitting projects, but for the fit, well, it is still a work in progress. I made a drastic step forward the day I stopped seeing myself as a young girl with a Small size and acknowledged my middle-aged body that needed a Medium size. I am still struggling with measuring properly though, and I’m not sure I have found the perfect method yet.
Mon style est plus américain que français. Le confort passe avant tout, sans sacrifier au style. Je deviens meilleure pour choisir mes projets de tricot, mais pour ce qui est de l’ajustement, j’ai encore des progrès à faire. J’ai fait un grand pas en avant le jour où j’ai cessé de me voir comme une jeune fille en taille Small et que j’ai enfin accepté mon corps de femme mûre, en taille Medium. Mais j’ai encore du mal à bien mesurer correctement, je ne suis pas sûre d’avoir trouvé la bonne méthode.

Skills – compétences

When I started knitting, I chose my projects so as to learn a new skill each time: circular knitting, cables, bobbles, lace and so on, mainly on accessories. This helped me grow more confident to tackle on more ambitious projects like sweaters and cardigans. I also knit an afghan I knit for my daughter just a few months after starting knitting in earnest. It was an easy pattern with just two different stitch patterns. This was a perfect way to learn to knit regularly with an even tension, and I learned the mattress stitch as well. After that, everything was possible.
Lorsque j’ai commencé à tricoter, je choisissais mes projets principalement pour apprendre une nouvelle technique à chaque fois: tricoter en rond, torsades, dentelle, nodes, etc., principalement sur des accessoires. Cela m’a aidé à acquérir de la confiance pour m’attaquer à des projets plus ambitieux comme des pulls ou des gilets. J’ai également tricoté une couverture pour ma fille quelques mois après avoir commencé à tricoter. C’était un patron assez simple avec juste deux types de points, mais la répétition m’a permis de travailler ma tension et la régularité des mailles, et d’apprendre la couture invisible. Après cela, tout était possible.

img_0332

Go to patterns – Patrons de prédilection

My go to patterns: those I knit several times, such as Arbutus, McMilne (see here) or Flax. Easy patterns, easy to wear and adapt to different outfits.
Mes patrons préférés: ceux que j’ai tricotés plus d’une fois, comme Arbutus, McMilne (voir ici) ou Flax. Des patrons simples, faciles à porter et qui vont avec plusieurs styles de tenues.

Getting and making too much – Trop acheter et tricoter

How to avoid mindless acquisition of yarn? I discussed this last year when I realized my stash was not working for me. The first decision was to stop suscribing to different yarns clubs and stop shopping at WEBS or Knit Picks. I mean, the sales were always so tempting, and I always rationalized any purchase as I could find a pattern I liked to use the yarn. Until I realized I could not knit 5 sweaters per season.
Making too much: I have quite a collection of cowls and hats (my hat collection has grown substantially after last year’s Fringe Hatalong). So this year, I’m not planning any accessories. I am now assessing what I have been making these past few years: things that are not worn are frogged, the yarn reclaimed and set aside for future projects. Which means my stash is nowhere near to be empty.
Comment éviter d’acheter de la laine sans réfléchir? J’ai discuté de cela l’année dernière lorsque j’ai réalisé que mon stock ne travaillait pas en ma faveur. La première décision fut d’arrêter les clubs de laine et les soldes massives de WEBS ou Knit Picks, toujours super tentantes. Je rationalisais toujours mes achats en planifiant un patron précis avant de commander un stock de laine en solde, jusqu’à ce que je réalise que je n’étais pas capable de tricoter 5 pulls par saison.
Faire trop: j’ai un stock imposant de cols et de bonnets (le Hatalong de l’année dernière a considérablement agrandi ma collection en quelques semaines). Du coup, je me calme cette année. Je suis en phase d’évaluation de ce que j’ai fait ces dernières années: ce qui n’est pas porté est détricoté, je récupère la laine et la mets de côté pour des projets futurs. Ce qui fait que mon stock ne désemplit pas très vite.

img_1027

Making time and space to make – prendre le temps de faire

Everyone has 24 hours each day. What we choose to do with them is up to us. I choose knitting whenever I can, trying to maintain balance with all the other things that need to be done and the things I like to do outside of knitting. I love the idea of always having a project in the works, or in planning. It keeps me moving forward. As for space, I should have a bit more soon, with a room of my own in a new house. I’ll tell more about it when the time comes.
Nous avons tous 24 heures par jour. Il n’appartient qu’à nous de choisir ce que nous faisons de ces heures. Je choisis de tricoter dès que je peux, tout en essayant de garder l’équilibre avec toutes les autres choses qui doivent être faites, et les choses que j’ai envie de faire en-dehors du tricot. J’aime avoir toujours un projet en cours ou un projet à planifier. Cela me pousse vers l’avant. Pour ce qui est de l’espace, je devrais bientôt en avoir un peu plus, avec une pièce rien qu’à moi dans une nouvelle maison. Je vous en dirais plus lorsque le moment sera venu.