is my stash hurting me?

If you’re a knitter that thinks a yarn stash is never big enough, you might consider me insane for even asking this question. But still, I have been wondering about it for a few weeks now. As I evolve as a knitter, I realize my stash is simply not working for me. In fact, it might hinder my progress and my plans. It is full of colors and yarns I have not really chosen. I want to knit things for my house and I have sweater loads of yarn. I want to be able to knit on the spur of the moment, inspired by the trends, exactly how I try to show it to you on this blog, yet I have three years worth of knits in my queue. What went wrong?

A bit of honest analysis of how it got there:

  • a frenzy for yarn subscriptions a couple of years back that lasted until a few months ago, from which I have not yet recovered
  • my demented scavenging of any yarn sale and special offers, with remains still littering my boxes, with scraps shamefully hidden in tiny plastic bags scattered here and there.
  • a delusional planning that has me knitting five sweaters a season, plus socks, cardigans and a blanket ( yeah – right – in my dreams)
  • an ever growing collection of patterns and favorites that I still think I can knit, somewhere, sometime.

Something has to change. My stash no longer appeals to me, even though I do possess absolutely fantastic yarn in gorgeous colors. I need to take a serious look and consider the possibility of parting with some of it. Which also means a serious look at my project queue. Because so many of these have been selected to suit the yarn, but are not necessarily things I need or truly love.

So what do I do now? This won’t change in a day. I need an action plan to work towards my goal of getting the (much smaller) stash I really want. I have started working on it.

What about you? Do you feel overwhelmed by your stash, or are you a wise, budget conscious knitter that does not buy yarn before the ongoing project is finished (yes, it is possible, some of my best knitter friends are incredibly self-restrained). Or are you plain happy with your stash as it is and would not change a thing ? Let me know what works for you.

***************************************************************************************************************

Mon stock de laine me fait-il du tort?

Si vous faites partie de la catégorie des tricoteuses qui pensent que leur stock n’est jamais assez grand, vous devez me trouver un peu folle d’oser poser cette questions. Mais pourtant, cela fait un petit moment que je m’interroge. Alors que j’évolue dans mon tricot, je me rends compte que mon stock ne me correspond pas. En fait, il pourrait même être un obstacle à mon épanouissement tricotesque. Il est plein de fils et de couleurs que je n’ai pas vraiment choisis. J’ai envie de tricoter des choses pour la maison mais j’ai de la laine en quantité pour des pulls. J’ai envie de pouvoir choisir un projet inspiré par les tendances ou ce dont j’ai envie maintenant, à l’image de ce que je tente de faire sur ce blog, mais j’ai au moins trois ans de projets en attente. Qu’est ce qui s’est passé ?

En analysant honnêtement les causes, voici ce qui est arrivé:

  • une obsession pour les clubs de laine qui a débuté il y a deux ans et qui s’est terminé il y a quelques mois seulement, dont je ne suis pas encore remise
  •  ma course frénétique après toutes les offres spéciales, soldes et autres super affaires dont les traces jonchent encore mes boîtes de rangement, avec des restants honteusement cachés ici et là dans des sacs en plastique
  • une planification de projets surréaliste qui me permet de tricoter cinq pulls par saison, plus des chaussettes, des gilets et une couverture (bon – franchement – dans mes rêves)
  • une collection toujours grandissante de nouveaux patrons et de favoris que je suis persuadée de pouvoir tricoter un jour, sûrement.

Cela doit changer. Mon stock ne me plaît plus, même s’il contient des laines superbes et des couleurs magnifiques. Je dois l’analyser en détail et envisager la possibilité de me défaire au moins d’une bonne partie. Ce qui signifie étudier aussi soigneusement la liste de projets prévus, puisque la plupart ont été choisis en fonction des fils, mais ne sont pas forcément des choses dont j’ai vraiment besoin ou envie.

Tout ceci ne va pas changer en un jour. Il me faut un plan d’action pour travailler à mon objectif d’avoir un stock (bien plus petit) qui me corresponde. J’ai commencé à y travailler.

Et vous? Vous sentez-vous débordée par votre stock, ou faites vous partie de ces tricoteuses qui n’achètent que lorsque le projet en cours est terminé et n’ont pas un stock dément ? (si, si, cela existe, certaines de mes amies tricoteuses sont incroyablement raisonnables dans ce domaine). Ou bien êtes vous totalement heureuse de votre stock ? Dites moi ce qui marche pour vous.

 

a day for finishing…

un jour pour terminer…

I think that’s what I need to finish my ongoing projects. I don’t like finishing, well, not that much, even though it is such an important part of your project. I have yet to find a knitting sequence where I have different projects on the needles all at different stages, and only one to finish at a time. It never happens. And since I don’t like to focus on one project at a time, it will happen again.
Je crois que c’est ce dont j’ai besoin pour terminer tous mes projets en cours. Je n’aime pas trop cette étape, même si je sais qu’elle est très important pour la réussite complète du projet. J’ai beau faire, je n’arrive pas à trouver un planning de tricot qui me permettrait de bien séquencer mes projets, et de ne pas me retrouver avec plus d’un à terminer à la fois. Cela ne m’arrive jamais. Et comme je n’arrive pas à me contenter d’un seul projet à la fois, cela risque de se renouveler. 

image

So this is where I’m at these days:
Donc voilà où j’en suis en ce moment:

  • a giant rabbit to fill and assemble (seriously, based on the pattern picture, I would not have guessed this toy would be so big). And it has to be done before next week.
    un lapin géant à remplir de mousse et assembler (franchement, en regardant l’image du patron, je n’aurais jamais cru que ce jouet serait aussi grand). Et il doit être terminé avant la semaine prochaine.
  • too many ends to weave in my Fretwork sweater: this is the front central panel with only a few left, but my last side panel is waiting to be blocked, and the last sleeve is on the needles, with yet more ends. It will end, I know.
    encore beaucoup trop de fils à rentrer sur mon pull Fretwork: ici on ne voit que le panneau central avant où il n’en reste plus beaucoup, mais j’ai encore un panneau latéral qui attend d’être bloqué, et la dernière manche toujours sur les aiguilles, donc encore plus de petits bouts en perspective. Je sais, il y aura une fin.
  • this bulky cardigan that was knit in one week. Yes I know, I said I would stick to my Fretwork but garter stitch on bulky yarn is the perfect knitting while watching a movie project. Shoulders to seam, cowl to knit and final assembling. And since it is still pretty cold here, the chance to wear it for a few weeks before Spring.
    ce gros gilet que j’ai tricoté en une semaine. Oui, je sais, je devais me consacrer à mon Fretwork mais bon, du point mousse en laine épaisse, c’est parfait pour tricoter devant un bon film. Les épaules à assembler, le col à tricoter et on finit tout le reste. Et puisqu’il fait encore bien froid ici, la possibilité de le porter pendant quelques semaines avant que le printemps soit installé.

And you, how do you like finishing (or not)? Do you also end up with too many projects to finish at the same time?
Et vous, aimez-vous faire l’étape de la finition ? Est-ce que vous vous retrouvez aussi avec souvent trop de projets à terminer en même temps?

what’s wrong with my knitting ?

That’s the question that has been trotting through my brain these past few weeks, as I sat many nights, unable to pick up my ongoing sweater, getting barely enough entusiasm to work on a baby bonnet commissioned by the mum of a friend. What is wrong with me ? I have boxes of yarn in my stash, dozens of projects in my Ravelry queue, all selected to match the yarn in my stash, but I cannot seem to want to go ahead with them. So what is wrong ?

When I started knitting, I went after the best yarn deals, quickly learning that the quality of your yarn is key for a great knit. So I went after all the good deals I could find on Elann, Webs sales and so on… At the same time I ventured into the never ending world of yarn clubs, gathering in a year more yarn than ever (more details in another post).

This was a typical me just a few months ago: everytime I get a sales email, I check up the best deals to see if some yarn looks good, then try to find a suitable pattern in my library of something I could make before ordering the yarn. And if there is an interesting match, the order is placed. This is how my yarn stash steadily increased.
There is only one big flaw in this mode of selection: the yarn is dictating my choice of patterns, and not my wardrobe and real needs. And it turns out that the projects I like the most are the ones I never start.

I’ve been on a strict yarn diet for the past few months. I still receive my Knitcrate every month, which is enough to satisfy my craving for new yarn, and helps me resist the sales sirens that keep on calling my name. I am now trying to think of a new approach, a more realistic one. Work on my wardrobe first, and my wishes next. What do I really need ? What do I really want ? Because with my current knitting pace, I wll need a few years to go through my sweater queue and all the yarn accumulated for it. Or should I just erase everything and start from scratch?

I also have to stop jumping on new projects just for a challenge and a way to improve my technique, like the Fretwork sweater I’ve been fighting with for the past few weeks (this pattern is insane, seriously, and in citrus, of all colors). When all I really want is a beautiful cabled sweater in creamy white yarn I selected last winter.

While I’m working this out, I managed to cast on for a new pair of socks, which has the triple benefit of being something I want, something I need, and a way to make a dent in my sock yarn stash.

What about you ? How do you plan your next knits ?

image

Perfect Fit Socks (Purl Soho pattern) – SweetGeorgia Tough Love Sock in Waterfall

 

Qu’est-ce qui cloche avec mon tricot ?

C’est la question que je me pose depuis quelques semaines alors que pendant de longues soirées je me suis trouvée incapable de continuer mes projets en cours, finissant bien difficilement une petite cagoule de bébé passée en commande par la mère d’une amie. Franchement, qu’est-ce qui m’arrive ? J’ai des boîtes remplies de laine, des dizaines de projets en attente dans Ravelry, tous ayant la bonne laine qui les attend sagement dans une boîte, mais je manque d’envie pour les commencer. Alors qu’est-ce qui cloche?

Lorsque j’ai commencé à tricoter, j’ai vite essayé de trouver les meilleurs prix pour de la belle laine, comprenant vite que la qualité de la laine fait la qualité du tricot. Donc dès que je voyais un bon deal sur Elann ou WEBS, je jetais un œil… En parallèle je me suis aventurée dans le monde presque sans fin des clubs de laine, et j’ai vite accumulé plus que jamais (j’en parlerai en détail dans un autre article).

Exemple typique il y a encore quelques mois: je reçois l’annonce d’une promotion, je vérifie si il y a des laines qui me plaisent. Si oui, je vérifie ensuite s’il y a des patrons dans ma bibliothèque (toujours grandissante) qui correspondent à la laine en question. Si oui et que le modèle me plaît assez, hop, je commande. Donc mon stock a grandi assez vite.
Il y a juste un gros problème avec ce mode de sélection: c’est la laine qui dicte mes choix finalement, et non pas ma garde-robe ou mes besoins réels. Et du coup, ce dont j’ai vraiment envie ne figure nulle part. J’ai très envie de beaux gilets mais je n’ai pratiquement que des pulls en attente. Je fais des cols à n’en plus finir mais j’aurais vraiment besoin de chaussettes maintenant que le froid arrive.

Je suis au régime strict depuis quelques mois – pas de nouveaux achats de laine. La seule exception étant mon colis Knitcrate qui me donne ma petite dose de nouveauté chaque mois, et qui me permet de résister aux sirènes des soldes. Et j’essaye maintenant de trouver une approche plus réaliste pour mes projets. Je dois sérieusement étudier ma garde-robe, mes besoins réels et mes désirs ensuite. De quoi ai-je vraiment besoin? Et de quoi ai-je vraiment envie? Parce qu’avec mon rythme de production actuel, il va me falloir quelques années avant d’arriver au bout de ma liste de projets en attente.
Est-ce que je ne devrais pas simplement effacer cette liste et recommencer à zéro?

Il faudrait peut-être aussi que je cesse de sauter sur tous les défis juste pour affiner ma technique, comme le pull Fretwork avec lequel je me bats depuis plusieurs semaines (non mais qu’est-ce qui m’a pris, franchement, et en couleur citron, en plus, délire total). Alors que ce que je veux vraiment pour mes tenues d’hiver, c’est un beau pull à torsades crème qui est en attente depuis l’hiver dernier.

Bon en attendant d’y voir plus clair, j’ai quand même commencé une paire de chaussettes, histoire de concilier besoin et envie, en plus d’utiliser mon stock de laine à chaussette.

Et vous, vous vous y prenez comment pour planifier vos projets tricots?