some follow-up & vocabulary…

Thank you for your comments on my latest post. I went back to check my Vogue Knitting subscription before complaining about the missing issue, and it turns out my subscription had expired with the previous issue. Turns out the yearly subscription is for 5 issues, even if they release 6 issues per year now. I’m not sure to fully understand the logic. I used the annual reader survey that was recently released to let them know what I thought. So that’s that.

One reader asked a very interesting question as a comment to this post. What is the difference between a blanket, a throw and an afghan ? Can these terms be used interchangeably? I wondered about that too. I gave a quick answer but decided to check if my answer was correct and if I could get a bit more details. I found a couple of articles that confirmed my initial take on the differences and provided more details. So in a nutshell:

  • A blanket is primarily used as a bed covering, and will be layered on top of sheets to provide warmth and comfort. Hence when you say blanket, you imply bed. You will find blankets in sizes to fit standard bed sizes. That’s pretty easy.
  • A throw is a smaller blanket and, as the name suggests, is meant to be thrown over a bed or a sofa. They can be made from the same material as blankets, are usually intended to be more decorative than a blanket which is more utilitarian.
  • An afghan designates a handcrafted item, most commonly hand made in crochet or knitting. The name comes from the embroidered throws made in Afghanistan. So logically, everything we knit or crochet should be called an afghan, even if we decide to use it as a throw or a blanket.

Does that help? Do you have a favorite? I’m fine with any of them really, so I will continue to use any of these terms depending on the pattern I am working on. Purl Soho is a good source for free blankets/throws/afghans patterns with a timeless appeal and clever use of colors. Below a selection of my favorites. And of course, I am still working on my Palette blanket. I will show you my progress in another post. I’m having a blast at each color change.

References:

http://homeguides.sfgate.com/difference-between-throws-blankets-afghans-96197.html
http://thechronicleherald.ca/homesnews/1321115-blankets-throws-afghans-what%E2%80%99s-the-difference

 

© Purl Soho

Merci de vos commentaires suite à mon dernier billet. Avant de me plaindre à Vogue Knitting, je suis allée vérifier mon abonnement et il se trouve que mon abonnement avait bien expiré. L’abonnement d’un an ne couvre que 5 numéros, même s’ils en produisent 6 par an. La logique m’échappe, mais bon, c’est comme ça. J’ai profité de leur sondage annuel récemment publié pour leur dire ma façon de penser. C’est réglé, on passe à autre chose.

Suite à mon billet sur les couvertures, une lectrice m’a posé une question intéressante. Quelle est la différence entre couverture et plaid ? Et le jeté? Peut-on utiliser les termes indifféremment ? Je lui ai répondu rapidement mais j’avoue que je me posais un peu la même question alors j’ai décidé de creuser un peu. En faisant des recherches, j’ai trouvé quelques articles qui m’ont permis de voir que je n’étais pas loin du compte en apportant plus de détails. En résumé :

  • La couverture est conçue d’abord pour être utilisée sur un lit, par-dessus les draps pour apporter chaleur et confort. Elle peut être en différentes matières et se trouve dans des tailles correspondant aux tailles de lit standard. Sa fonction principale est utilitaire.
  • Le jeté de lit peut se trouver sur le lit, comme son nom l’indique, mais ne recouvre pas entièrement le lit. Il peut servir ailleurs dans la maison, sur un canapé par exemple. Sa fonction est donc plus décorative.
  • Le plaid est un terme apparemment très codifié, officiellement un carré d’un mètre cinquante sur un mètre cinquante. J’ai appris quelque chose. Le plaid s’utilise aussi bien à la maison qu’en déplacement. Contrairement au terme anglais “afghan” qui désigne tout ce qui est crocheté ou tricoté, il n’y a donc pas de terme vraiment spécifique pour nos ouvrages. 

C’est plus clair, ou pas du tout ? Vous préférez lequel ? Je ne suis pas une puriste donc je vais continuer à appeler mes projets couvertures ou plaids, selon le patron en cours. Et pour des patrons gratuits de couvertures/jetés/plaids, ma référence reste Purl Soho pour leurs versions intemporelles avec une utilisation ingénieuse des couleurs (quelques-uns de mes préférés ci-dessus). Et je continue à tricoter ma couverture Palette, je vous montrerai mes progrès dans un prochain billet. Je m’éclate à chaque changement de couleur.

Références :

http://blog.plaidissimo.fr/un-plaid-ou-une-couverture/
https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20071106095914AActoNd&guccounter=1

Advertisements

palette blanket: let’s go!

Couverture Palette : c’est parti !

So last time I showed you this totally gorgeous new blanket pattern from Purl Soho and I did it. I cast on. So let me share a bit of the prep work and how it is going so far. Progress might be a bit slow, so I will post about it every now and then. So far, I am loving it. Even the seed stitch with the yarn doubled does not tire me. I’m hooked.
La dernière fois je vous ai montré ce nouveau patron de Purl Soho, cette sublime couverture et j’ai commencé. J’ai monté les mailles. Je vais vous parler un peu de mon travail de préparation et vous montrer où j’en suis. Le progrès sera sans doute un peu lent, je vous tiendra au courant de temps en temps. Pour l’instant, j’adore. Même le point de riz avec deux fils tenus ensemble ne me fatigue pas. Je suis accro.

First step was to pull out the fingering weight skeins in my stash. I had to exclude the variegated ones: since the whole blanket is knit with two colors held together, using overly variegated yarn might result in an oversatured effect. Not what I’m going for. I made my selection and laid them all down on the floor. Not quite there yet. The two last shades (on the right of the picture) are too similar. Then I remembered I also have a cone of cream fingering yarn, so I will be inserting the cream in the middle, between the pale green and the pale grey, and it will be just fine. There might not be enough contrast between my two grey yarns, but I don’t mind too much.
La première étape a consisté à sortir tous mes fils chaussette de mon stock. J’ai exclut d’emblée les fils multicolores : la couverture est tricotée dans son entier avec deux couleurs travaillées ensemble, donc doubler ou tripler le mélange donnerait un résultat un peu trop bariolé. Pas vraiment ce que je recherche. J’ai fait ma sélection et mis tous mes écheveaux au sol. Mm, pas tout à fait ça. Les deux dernières teintes (à droite sur la photo) sont trop proches. Puis je me suis rappelée que j’avais un cône de fil crème dans mon stock. Je vais l’insérer entre le vert pâle et le gris pâle, ce sera parfait. Il n’y aura peut-être pas assez de contraste entre mes deux gris, mais ce n’est pas trop grave.

Second step: caking the yarn. Always a great pleasure in small doses. I started with my first four colors for the first three blends. From left to right: Bergère de France Luberon in Orca (already used here), Sweet Georgia Yarns in Blue Lagoon (Knitcrate), Shalimar Yarns Homage in Sprout (Knitcrate) and Knit One Crochet too Crock-O-Dye (souvenir from Portland, Maine). I can usually trace all my yarn, even the few bits and pieces. I’m pretty sure you can do that too.
Deuxième étape : on met la laine en pelotes. C’est toujours un vrai plaisir, mais faut pas en abuser. Je me suis contentée des mes quatres premières couleurs pour mes trois premiers mélanges. De gauche à droit : Bergère de France Lubéron couleur Épaulard (déjà utilisé ici), Sweet Georgia Yarns couleur Lagon Bleu (Knitcrate), Shalimar Yarns Homage couleur Germe (Knitcrate) et Knit One Crochet too Crock-O-Dye (souvenir de Portland dans le Maine). Je suis généralement capable de savoir d’où vient exactement chaque bout de mon stock, même les petits restants. Je suis sûre que c’est aussi votre cas.

Next step: casting on. To make sure I have enough yarn for my long-tail cast on, I am using this very simple technique (demonstrated on the video below) to quickly calculate how much yarn I will need. It never fails, unless I tighten my yarn too much or not enough. Very useful when you have to cast-on a large number of stitches.
Etape suivante : on monte les mailles. Pour être sûre d’avoir suffisamment de fil lorsque je monte les mailles, j’utilise cette technique super simple (démonstration dans la vidéo) pour calculer combien de fil mettre de côté. Il suffit d’enrouler le fil 10 fois (ou 20) et de multiplier cette quantité jusqu’au nombre de mailles nécessaires. Ca marche à tous les coups, sauf si je tire trop sur mon fil ou pas assez. Vraiment très pratique lorsque vous devez monter un grande nombre de mailles.

And that was it. At first I was not sure what to think of this mixture of very dark blue and turquoise, but as soon as I introduced the second color, I knew it would work. It reminds me of the sea: a blend of dark and lighter blues, slowly turning into green (the color of the sea under an overcast sky) and morphing into a blend of greens. It is moving along nicely.
Et voilà. Au début je n’étais pas convaincue par mon mélange de bleu nuit et de turquoise, mais après avoir introduit la deuxième couleur (dans ce patron, une couleur est en fait un mélange de deux couleurs différentes), j’ai su que ça irait. Ça me rappelle la mer: un mélange de bleus, le bleu profond du fond marin et le turquoise des eaux tropicales, qui devient verte petit à petit (la couleur de la mer quand le ciel est couvert) et se transforme en prairie. Ça avance plutôt bien.

This third section is the largest of the blanket. I will show you the progress as I go along, I’m so looking forward to the blends of cream, greys and pinks. My only regret: I fear the final blanket will be a bit too small to be truly called a blanket, but it will make a nice afghan.
Cette troisième section est une des plus larges de la couverture. Je vous montrerai où j’en suis au fur et à mesure. J’ai hâte d’arriver aux mélanges de crème, gris et roses. Mon seul regret : je crains que la couverture finale soit un peu petite pour être une vraie couverture, mais ça fera un joli plaid.

 

 

caking the giant skein

Remember the giant cotton skein I found at the Knitter’s Frolic last April? Here it is. 3 pounds, 2490 yards. I knew the caking would not be easy, despite the simple recommendations provided.
Vous vous souvenez de mon écheveau de coton géant, rapporté de la Knitter’s Frolic? Le voici. 1,36 kilos, 2,275 mètres. Je savais que le mettre en pelote ne serait pas facile, en dépit des recommendations toutes simples fournies.

Because it sounded simple: just put it on the swift and start carking, finish by hand when your yarn winder cannot handle it anymore. So I manage to manoeuver this giant skein onto my swift. Eerr, okay, not very stable. Next I have to find the beginning of the skein. Easy enough, thanks to this contrasting ribbon tied around.
Oui parce que cela avait l’air simple: mettez le sur votre guindre et commencez à dévider jusqu’à ce que votre dévidoir soit plein, finissez manuellement. D’abord je réussis, tant bien que mal, à le mettre dessus. Euh, bon, ça tient mollement. Ensuite, trouver le début de la pelote. Ça, c’est facile, grâce au ruban foncé enroulé autour.

On to caking, very, very, slowly. Except the skein does not stay on the swift. Oh no! That would have been too easy. After a few unsuccessful attempts at securing the swift, I have to find another way. Skein off, very gently so as not to tangle the yarn (can you imagine having to untangle miles of yarn – help!). I enrolled my daughter to act as the swift with the giant skein on her arms but she could not keep it up, it was way too heavy. Then I grabbed two chairs and put the skein around them, working the yarn manually for a few yards, then caking, out, turn, out, turn until my yarn winder became too full.
Je commence à dévider, tout, tout doucement. Sauf que l’écheveau ne tient pas. Oh non! C’aurait été trop facile. Après plusieurs essais infructueux pour stabiliser le guindre, il faut que je trouve un autre moyen. J’enlève l’écheveau, en prenant bien garde à ne pas mélanger les fils (vous imaginez, vous, démêler 2 kilomètres de fil – au secours!). Je demande de l’aide à ma fille pour qu’elle tienne l’écheveau sur ses bras, à l’ancienne, mais impossible pour elle de tenir plus de trois minutes, bien trop lourd. J’attrape deux chaises et met l’écheveau autour, et je continue en déroulant le fil sur quelques mètres, dévidoir, déroule, dévidoir, déroule, et ainsi de suite jusqu’à ce que mon dévidoir ne puisse plus rien prendre.

Time to continue manually. My originally beautiful cake flattened, slowly became a weirdly shaped, rounded cake and the weird shape slowly turned into a ball.
Maintenant il faut continuer manuellement. Ma très jolie pelote plate s’aplatit encore plus, prend une forme étrange, puis plus arrondie avant de devenir une vraie pelote bien ronde.

IMG_0417

Halfway though – at this stage, a full hour into the process – I started feeling quite nauseatead. The pasta bolognese I had for dinner was slowly working its way up to my throat, what with the incessant turning of the ball and the occasional bouts of circling around the chairs to try and make things quicker, without success. When I reached the point where going through one circle of the ball became physically painful, I decided to stop for the night. I mean, I was ready to drop the ball, quite literally.
A mi-parcours – à ce stade, une bonne heure s’est écoulée- j’ai commencé à me sentir un peu nauséeuse. Mon dîner de pâtes à la sauce bolognaise menace dangereusement de remonter, aidé par les tours incessants de la pelote et les moments où je décide de tourner autour des chaises en pensant accélérer les choses. Ce que ça accélère surtout, c’est mon mal de mer. J’arrive au stade où manipuler cette pelote devient physiquement difficile, voire douloureux. Je suis prête à tout laisser tomber, littéralement, alors je décide d’arrêter pour ce soir-là.

The next day, I brace myself for another session. I still don’t know how I managed to finish it all in this second session, as the ball was getting heavier by the minute. Every turn of the ball was getting slower and slower but I succeeded in getting a giant ball !
Le lendemain, je me prépare mentalement à une session marathon. Franchement je ne sais pas comment j’ai réussi à tout finir dans cette seconde phase, parce que la pelote devenait plus lourde à chaque minute, évidemment. Chaque tour de fil prenait de plus en plus de temps. Mais j’ai réussi, et j’ai obtenu une pelote géante !

IMG_0418

But it was so worth it. I mean, I can now actually knit for miles without worring about ends to weave in. Hooray ! Now my plans: from the start I thought about an afghan or a throw, something really large and lovely that I would drape on my sofa in a casual way, the type of gorgeous, effortlessly chic things you see in magazines. Except I did not know where to start looking for a pattern, until I opened the May issue of Chatelaine magazine and saw this on two different pages:
Cela en valait tellement la peine. Je peux maintenant littéralement tricoter pendant des kilomètres sans me soucier des fils à rentrer. Hourra ! Bon, mes projets: depuis le début, j’ai pensé à un grand plaid, quelque chose de bien grand et très beau que je pourrais draper sans efforts sur mon sofa, vous savez, comme ces accessoires déco chic et glamour qu’on voit dans les magazines. Et puis un jour, j’ouvre l’édition de mai du magazine Châtelaine et je vois ceci:

image

I love this throw: the mixture of cables and simple knit/purl texture, like ridges. The border is entirely ribbed, which means you have to pick up the stitches all around and then work a k1,p1 rib for a few rows all over. I knew I had not bought these circular cable extensions for nothing. Now is the time to use them. Talk about a mammoth undertaking ! As big as this skein is. This is going to be my biggest project ever, totally non-portable. I figure it will be probably take a year, since I have many other projects planned to continue with my destash.
J’adore ce plaid: le mélange des torsades et de ce motif qui semble être du jersey rayé mousse et qui forme une belle texture. La bordure est faite de côtes, donc il faut remonter les mailles tout autour, et travailler en côtes 1:1 sur quelques rangs. Je savais que je n’avais pas acheté ces extensions de câbles circulaires pour rien. C’est le temps de les utiliser. Bon c’est un projet un peu pharaonique, aussi gros que ma pelote. Et certainement mon plus gros projet à ce jour, absolument impossible à transporter. Je pense que je vais être là-dessus pendant au moins un an, vu que j’ai plein d’autres projets visant à faire réduire mon stock.

So I wondered: is anything on Ravelry similar to this? Search keys: DK, cotton, more than 2,000 yards. I get one result: this Debbie Blis pattern, from her most recent magazine (incidentally full of lovely things), looks very similar to the magazine picture. Cables interspersed with textured sections. Except it is not quite the same, and I don’t love the garter border. So I will try and make my own version.
Je me suis quand même demandée si je ne pouvais pas trouver un patron existant dans Ravelry. Clés de recherche : DK, coton, plus de 2,000 mètres. J’obtiens un seul résultat, ce modèle du dernier magazine Debbie Bliss (en passant, rempli de jolies choses) qui ressemble beaucoup à la photo du magazine. Mais pas tout à fait, et je ne raffole pas de la bordure au point mousse. Alors je vais essayer de faire mon propre modèle.

 image© Richard Burns (Debbie Bliss magazine – Spring/Summer 2015)

Next steps: testing the stitch pattern, swatching for measures and casting-on. Should I write the pattern as I go along ? Would you be interested ?
Prochaines étapes: tester le motif, confirmer les mesures et commencer. Devrais-je écrire le patron à mesure que je tricote? Seriez-vous intéressées?