#slowfashionoctober – week 2

Second week of the Slow Fashion October challenge, focused on long worn, long loved items. I chose not to show something knitted, because I have not been knitting for that long, and most of my early work is going through frogging at some point it seems. Which in itself is a great way to recycle yarn, and not let unused garments sit in my closet (I have enough of those already).
Deuxième semaine du défi Sloctober, qui se concentre sur la façon dont nous pouvons prolonger la vie de nos vêtements. J’ai choisi de vous montrer quelque chose de non tricoté, d’abord parce que je ne tricote pas depuis si longtemps que cela, et ensuite parce que la plupart de mes premiers objets semblent passer par la case détricotage à un moment ou à un autre. Ce qui, en soit, est une belle façon de recycler le fil, et de ne pas garder des articles non utilisés dans mon placard (j’en ai déjà suffisamment comme cela).

img_1035

I am sharing a long loved and worn item that has a special meaning to me. It is a silk shirt I bought when I found out I was pregnant with my first baby. I had been wearing items fit for a pregnant woman for a while before that, unconsciously expressing a desire that took me years to acknowledge and accept. And when it became reality, I was thrilled to find this beautiful silk shirt in a vibrant turquoise blue to wear that summer as my belly was slowly getting rounder. I wore it the next summer, when my baby was a few months old, and the next summer, for my second pregnancy, and a few times each year since. The color has faded. The fabric is fraying at the back, and I was tempted more than once to just pronounce it dead, but I cannot get rid of that shirt. Nowadays I wear it mostly as an chic layer over my swimsuit when I’m on the beach, which is rare. This way, I might be able to extend its life by another few years. It is a sentimental piece of my wardrobe, closely connected to my children and maternity (and it also needs to be gently washed, ironed and put back in storage for next summer).
Je vous montre un vêtement porté longtemps avec amour, qui a une signification particulière pour moi. C’est une chemise de soie achetée lorsque j’ai su que j’étais enceinte de mon premier bébé. Je portais depuis un moment des vêtements parfaits pour une femme enceinte, exprimant ainsi inconsciemment un désir d’enfant rejeté pendant des années. J’ai du faire un gros travail pour pouvoir le reconnaître, l’accepter et le laisser vivre. Quand il s’est concrétisé, j’ai craqué sur cette chemise magnifique en soie turquoise que j’ai porté tout au long de cet été, à mesure que mon bedon s’arrondissait. Et l’été suivant, avec ma petite crevette dans les bras. Et l’été d’après, pour ma deuxième grossesse. Et un peu chaque année depuis. La couleur s’est délavée. Le tissu commence à s’abîmer le long de la couture dorsale, et j’ai été souvent tentée de la déclarer morte, mais je n’arrive pas à jeter cette chemise. Je la porte maintenant surtout comme un sur-maillot chic au bord de la plage, quand j’y suis, donc rarement. Je parviendrai peut-être ainsi à prolonger sa durée de vie. C’est un élément très sentimental de ma garde-robe, étroitement relié à mes enfants et la maternité (et qui a aussi besoin d’être délicatement lavé, repassé et rangé pour l’été prochain).

I even tried to replicate this by knitting a similar tunic in a gorgeous shade of blue. My attempt failed miserably, and part of me thinks it’s better this way. It is a unique item that can never be replaced.
J’ai même pensé en tricoter une réplique dans une magnifique teinte de bleu turquoise. Ma tentative à lamentablement échoué, et je me dis que c’est sans doute mieux ainsi. C’est une pièce unique qui ne sera jamais remplacée.

Karen asked: “How can we make the most of the clothes already on the planet — from taking care of and mending and wearing things longer, to thrifting, swapping, heirlooms, hand-me-downs, alterations and refashioning.” Wearing things longer is my specialty. To the point that most of my pants are now seriously outdated. Maybe refashioning is something I would need to explore, or instead of simply donating outdated clothes that no one will want to wear, gently remove the seams and try to repurpose the fabric. It is a long-term goal that I am just contemplating, which in itself is good place to start.
Karen demandait: “Comment pouvons-nous tirer le meilleur parti des vêtements qui existent déjà sur notre planète – en prendre soin, les réparer et les porte plus longtemps, et utiliser les friperies, les échanges, les vêtements qui se gardent pendant des générations, la seconde main, les altérations et la remise au goût du jour”. Je suis assez spécialiste pour ce qui est de porter les choses longtemps. Au point que la plupart de mes pantalons sont maintenant sérieusement passés de mode. Je devrais peut-être explorer l’option de la réutilisation,  et, au lieu de donner des vêtements démodés que personne ne voudra porter, défaire doucement les coutures pour réutiliser le tissu. C’est un but à long terme que je commence tout juste à me fixer. La réflexion est un bon début.

 

Advertisements