Don’t be afraid of frogging

N’ayez pas peur de détricoter

Sometimes frogging is the only solution. A solution some knitters might be reluctant to choose, thinking their beloved project can somehow be salvaged. And sometimes it can. In my case, I chose to frog something that was close to completion, without the slightest tinge of regret.
Parfois le détricotage est la seule solution. Une solution que certaines tricoteuses pourraient redouter, pensant que leur projet peut être sauvé, d’une façon ou d’une autre. Et parfois c’est possible. Dans mon cas, j’ai choisi de détricoter un projet proche de la fin, sans la moindre once de regret.

I had some yellow yarn in my stash I really wanted to use, and thought it would be a lovely sweater for spring. But I kept hesitating between two patterns from the Pompom Fall 2016 issue: Thessaly was calling me with its twisted rib and beautiful texture, but it is the yellow colour of Rocquaine, reminding me of my yarn, that finally convinced me. I carefully took my measurements and saw I had just the right amount of yarn for the size 2, which seemed to work for me.
J’avais une belle laine jaune dans mon stock que je voulais vraiment utiliser, et je me suis dit que ce sera parfait pour un pull de printemps. J’ai hésité longtemps entre deux modèles du magazine Pompom de l’automne dernier: Thessaly m’appelait avec ses côtes twistées et son motif subtil, mais la couleur jaune de Rocquaine, qui me rappelait ma laine, m’a convaincue de commencer ce pull. Après avoir pris mes mesures avec précaution, j’ai vu que j’avais exactement la quantité de laine recommandée pour la taille 2, qui semblait la plus appropriée.

As I started knitting it became obvious I had to add some length to the body, that went up very quickly, because the pattern seemed quite short. I hate sweaters that show your navel everytime you raise the arms. So I added about 3 inches more, before starting the ribbed hems. But this created another problem. I was running out of yarn for the sleeves.
Mais à mesure que je tricotais le torse, qui est monté très vite, j’ai vu que j’allais devoir rallonger le tout. Je déteste les pulls trop courts qui dévoilent le nombril dès qu’on lève les bras. J’ai donc rajouté à peu près 7 centimètres vers le bas, avant d’attaquer les bords en côtes. Du coup, je risquais de me retrouver sans assez de laine pour les bras.

I had a  choice of making this a 3/4 or even an elbow length sleeve, or just start over. The thing is, I kind of started tightening my gauge on the sleeve, to save my yarn – wrong call. The sleeves became a bit too tight, when the rest of the body was just right. I made size two, and size three would probably have worked better for me overall. But not with this yarn.  So I said bye bye to Rocquaine. You’re a lovely pattern, I even enjoyed your provisional cast-on, if you can believe that. But it won’t be for now. It was nice hanging out with you for a while though. So long! That being said, it is a great pattern, very lovely to knit.
Le choix était donc de faire des manches 3/4 ou aux coudes, ou recommencer. Le problème, c’est que j’ai bizzaremment commencé à resserrer un peu ma tension, pour économiser ma laine – mauvaix choix. La manche est devenue un peu trop serrée, alors que le reste du corps était juste comme il faut. En fait, j’aurais pu facilement passer à la taille au-dessus, pour être plus à l’aise. Mais pas avec cette laine. Du coup, j’ai dit au revoir à Rocquaine. Joli modèle, j’ai même aimé faire le montage temporaire, ce que je déteste d’habitude. Mais ce sera pour une autre fois, peut-être. Ceci dit, je le recommande – il est vraiment très agréable à tricoter.

I happily frogged and posted my frogging in Instagram, which prompted calls from my friend: Why ! Murder ! Massacre! Oh yeah, girls, I am happily killing my sweater. Guess what! I am just going to make another one.
J’ai détricoté avec un grand bonheur, et posté mon exploit sur Instagram. Mes amies ont crié au massacre – pourquoi ? Eh oui, les filles, j’ai tué mon pull. Mais vous savez quoi? Je vais en faire un autre.

Oh yeah, I'm sure…bye bye sweater 🐸🐸🐸 #frogging #ripit #knitting

A post shared by miss agnes (@readytoknit) on

Thessaly won in the end.  And with a full week-end of rest and knitting, I can see my new lovely cardigan taking shape. I just love these twisted ribs and the faux cables running down the side.
Finalement c’est Thessaly qui a gagné. Un week-end de repos et de tricot et je commence à voir se dessiner mon nouveau gilet de printemps.

 

In the end, the equation is easy. Trading hours of knitting, always a pleasure, against a finished product that won’t fit or not be worn? Frogging wins everytime in my book. I actually have a few others projects I could put on my frogging pile. At this rate, my stash will last for ever.
Enfin de compte, le calcul est facile à faire. Des heures supplémentaires de tricot, qui sont toujours un plaisir, contre un produit fini qui n’ira pas ou restera au fond du placard. Pour moi, le détricotage gagne à tous les coups. En fait, j’ai quelques autres projets qui sont sur ma liste de détricotage. A ce rythme, je ne suis pas prête de me débarrasser de mon stock.

What about you? Love frogging, or hate it?
Et vous, aimez-vous détricoter? Ou vous détestez?

Continue reading

DDF#11 – quick and comfy

le défi de Novembre – rapide et cosy

I am just in time for the monthly challenge of Mes petites récréations. The theme for this month is: ‘waiting for the holidays’. Well I’m just waiting for this year to be over, truly. We are facing serious illness of one of our close relatives, the kids are finding it hard to adjust to the French school system, and we have to pack all our stuff again to move to a new house by the end of the month. So the stress level is quite high, and my heart is not really into knitting and blogging right now. Still, keeping up with this little challenge helps me find a bit of a structure in these chaotic moments.

 

ddf

J’arrive juste à temps pour le défi du mois de Mes petites récréations. Le thème du mois: ‘en attendant les fêtes’. Franchement j’attends juste que cette année se termine.  Nous faisons face à une grave maladie dans la famille proche, les enfants trouvent difficile de s’adapter au système scolaire français, et nous devons de nouveau tout emballer pour partir vers une nouvelle maison dans trois semaines. Autant dire que le niveau de stress est pas mal élevé, et mon cœur n’est pas trop à tricoter et bloguer en ce moment. Tout de même, essayer de suivre ce petit défi m’apporte un peu de structure qui est bienvenue dans ces moments chaotiques.

img_1051

Earlier in November I managed to finish my Origami, and with the remaining yarn decided to knit a quick and easy hat. I settled for Wurm, a free pattern that has been around for a while and always tickled my fancy. I was not disappointed. It is really easy, apart maybe from the double brim that requires a bit more attention, but after that, it is smooth sailing with alternating rows of purls and knits. Nothing to count except your rows maybe, no chart to follow, no complicated decreases at the crown and I even managed to start and finish it all on my 16” circular needles.
Début novembre j’ai enfin terminé mon Origami et décidé de tricoter un petit chapeau rapide avec le fil restant. J’ai choisi Wurm, un patron gratuit qui est sorti depuis longtemps mais qui m’a toujours intrigué. Je n’ai pas été déçue. Il est très facile, à part peut-être le bord doublé qui demande un peu plus d’attention, mais après cela, c’est juste du tricot plaisir avec une alternance de rangs endroits et envers. Rien à compter si ce n’est les rangs, pas de diagramme à suivre, pas de diminutions compliquées pour le haut du bonnet. J’ai même réussi à tout faire sur mes aiguilles circulaires de 40 cm.

img_1052

I love the double brim, it is the second time I am knitting a double brim hat and it is so much better than a simple brim. It seems to hold much better on your head, so your ears stay really nice and tucked in under. I knit the largest size so that all my hair can fit into it, and I’ve been wearing it for the last ten days with great pleasure. Even my daughter finds it pretty cool, which in my book is high praise.
J’aime le double bord, c’est le deuxième bonnet que je tricote avec un bord doublé et c’est tellement mieux qu’un bord simple. On dirait que le chapeau tient bien mieux sur la tête, et les oreilles sont confortablement installées dessous et bien au chaud. J’ai tricoté la plus grande taille pour pouvoir y ranger ma masse de cheveux, et je le porte depuis dix jours avec grand plaisir. Même ma fille le trouve cool, c’est dire.

Pattern/patron: Wurm – Katharina Nopp

Yarn/Fil: Bergère de France – Bergerama (100% acrylic) colorway/coloris Vendange

mind the gap!

First of all, thanks a lot for all your kind comments on my unfinished Origami. I can’t wait to finish it and share pretty pictures of it.
So, what gap am I talking about ? The gap that appears when you knit on DPNs. You know what I mean, right ? This nasty gap or gutter that forms as you turn and switch needles. Maybe you have no such problem, but I have had this issue since I started knitting in the round. Here is a beautiful example, illustrated by my first pair of socks. Can you see this unwanted, ugly gutter in the middle of the sole here ? Awful. I have this on all my socks.
Tout d’abord, un grand merci pour tous vos gentils commentaires sur mon Origami non fini. J’ai hâte de le terminer et de vous montrer de jolies photos.
Alors, de quoi je parle exactement? Le creux (the gap) qui apparaît lorsque vous tricotez avec des doubles pointes. Vous voyez de quoi je parle, non? Ce fossé disgracieux qui se forme lorsqu’on passe d’une aiguille à l’autre. Peut-être que vous n’avez pas ce problème, mais moi, depuis que je tricote en rond, impossible de m’en débarrasser. En voici un magnifique exemple, illustré par ma première paire de chaussettes. Vous le voyez cet affreux creux non désiré au milieu du pied ? Horrible. J’ai ça sur toutes mes chaussettes.

img_1047

I tried about everything I could think off, tightening the yarn as I switched needles, tightening the second stitch on each new needle to reduce this irritating gap, nothing doing.  So when it was time to start knitting my Origami sleeves in the round, I first tried the magic loop. I had done this before with this beautiful Askew cardigan, and it worked perfectly. But the yarn for Askew was a lovely blend of wool and silk, so smooth it was gliding on my circular needles and it was the only time the magic loop really worked for me. When I tried it with this acrylic Bergerama, I could not go beyond the cast-on row. I knew it was either the DPNs, or rework the pattern to knit the sleeves flat. Until I remembered a post about this exact same issue from Becca (The Knitted). It seemed so simple that I did not really think it would work, but hey – I might as well give it a try.
J’ai essayé tout ce que je pouvais, tirer sur le fil pendant le changement d’aiguille, resserrer au maximum la deuxième maille sur la nouvelle aiguille pour réduire le fossé, rien à faire. Du coup, quand il fut temps de commencer les manches de mon Origami, en rond, j’ai d’abord essayé le ‘magic loop’. Je l’avais déjà fait pour mon gilet Askew, et cela avait très bien fonctionné. Mais le fil pour Askew était un mélange délicieux de laine et soie, tellement doux que le fil glissait sur mes aiguilles circulaires, et c’est bien la seule fois que le ‘magic loop’ a bien marché pour moi. Lorsque j’ai essayé avec ce fil acrylique Bergerama, je n’ai pas réussi à dépasser le montage de mailles. Je savais que je n’allais pas y couper: les doubles pointes, ou bien retravailler le patron pour tricoter mes manches à plat. Jusqu’à ce que je me souvienne d’un petit billet sur le sujet par Becca, du blog The Knitted. Cela avait l’air tellement simple que je ne pensais pas vraiment que cela marcherait, mais bon – ça me coûtait rien d’essayer.

Before: I put the new right hand needle on top of the previous one, and start knitting. It is painfully obvious that there is a lot of space here, and this creates the gap.
Avant: je mets la nouvelle aiguille au-dessus de l’aiguille précédente, et je commence à tricoter. C’est assez évident qu’il y a beaucoup d’espace entre les deux aiguilles ici, ce qui crée le fossé.

img_1042

After: Becca’s tip is to position the needle, not on top, but below the previous needle. In doing so, you greatly reduce the space between the needles and you are also able to tighten the yarn as you work that first stitch on the new needle. To be fair, I found it a bit akward at first, the needle on my right hand was in the way and had a tendency to poke into my palm, but with a bit of practice I was able to find a way to grasp it in my palm and knit the stitches with a bit more ease. Purling will take a bit more practice, but I managed to knit my entire garter neckline on DPNs too, slowly but surely.
Après: le truc de Becca consiste à positionner l’aiguille, non pas au-dessus, mais en dessous de l’aiguille précédente. En faisant cela, vous réduisez grandement l’espace entre les aiguilles et vous êtes aussi capable de resserrer le fil correctement dès la première maille de la nouvelle aiguille. Pour être honnête, j’ai eu un peu de mal au début, l’aiguille dans ma main droite me gênait et me rentrait dans la paume, mais avec un de pratique j’ai trouvé comment la bloquer et tricoter plus aisément. Les mailles à l’envers vont me demander un peu plus de pratique, mais j’ai quand même réussi à tricoter mon encolure au point mousse en double-pointes de cette façon, lentement mais sûrement.

img_1045

So, did it work ? The proof in picture.
Alors, ça fonctionne ? La preuve par l’image.

img_1046

Ta-da! Works perfectly – no gap ! I am so, so pleased with my sleeves, you have no idea. And all it took was this tiny adjustment. A big thanks to Becca, and all the wonderful bloggers out there who share their tips and techniques to help all of us become better knitters. I hope it will help you too.
Ta-da ! Ca marche – plus de fossé ! Je suis tellement, tellement fière de mes manches, vous ne pouvez pas savoir. Tout cela grâce à un petit ajustement. Un grand merci à Becca, et à toutes les blogueurs et blogueuses qui partagent leurs trucs et techniques pour nous aider à progresser. J’espère que ce petit truc vous aidera aussi.

#slowfashionoctober – week 3

Handmade – Fait main

There are a lot of though provoking questions on this week’s topic, about style, fit, skills, stash, as well as making time and space for making.
Pas mal de questions qui invitent à la réflexion avec le sujet de cette semaine, à propos de style, expertise, patrons, stock, le temps et l’espace pour faire.

Style

My style is more American than French. I value comfort above all, without sacrificing style. I am slowly getting better at choosing my knitting projects, but for the fit, well, it is still a work in progress. I made a drastic step forward the day I stopped seeing myself as a young girl with a Small size and acknowledged my middle-aged body that needed a Medium size. I am still struggling with measuring properly though, and I’m not sure I have found the perfect method yet.
Mon style est plus américain que français. Le confort passe avant tout, sans sacrifier au style. Je deviens meilleure pour choisir mes projets de tricot, mais pour ce qui est de l’ajustement, j’ai encore des progrès à faire. J’ai fait un grand pas en avant le jour où j’ai cessé de me voir comme une jeune fille en taille Small et que j’ai enfin accepté mon corps de femme mûre, en taille Medium. Mais j’ai encore du mal à bien mesurer correctement, je ne suis pas sûre d’avoir trouvé la bonne méthode.

Skills – compétences

When I started knitting, I chose my projects so as to learn a new skill each time: circular knitting, cables, bobbles, lace and so on, mainly on accessories. This helped me grow more confident to tackle on more ambitious projects like sweaters and cardigans. I also knit an afghan I knit for my daughter just a few months after starting knitting in earnest. It was an easy pattern with just two different stitch patterns. This was a perfect way to learn to knit regularly with an even tension, and I learned the mattress stitch as well. After that, everything was possible.
Lorsque j’ai commencé à tricoter, je choisissais mes projets principalement pour apprendre une nouvelle technique à chaque fois: tricoter en rond, torsades, dentelle, nodes, etc., principalement sur des accessoires. Cela m’a aidé à acquérir de la confiance pour m’attaquer à des projets plus ambitieux comme des pulls ou des gilets. J’ai également tricoté une couverture pour ma fille quelques mois après avoir commencé à tricoter. C’était un patron assez simple avec juste deux types de points, mais la répétition m’a permis de travailler ma tension et la régularité des mailles, et d’apprendre la couture invisible. Après cela, tout était possible.

img_0332

Go to patterns – Patrons de prédilection

My go to patterns: those I knit several times, such as Arbutus, McMilne (see here) or Flax. Easy patterns, easy to wear and adapt to different outfits.
Mes patrons préférés: ceux que j’ai tricotés plus d’une fois, comme Arbutus, McMilne (voir ici) ou Flax. Des patrons simples, faciles à porter et qui vont avec plusieurs styles de tenues.

Getting and making too much – Trop acheter et tricoter

How to avoid mindless acquisition of yarn? I discussed this last year when I realized my stash was not working for me. The first decision was to stop suscribing to different yarns clubs and stop shopping at WEBS or Knit Picks. I mean, the sales were always so tempting, and I always rationalized any purchase as I could find a pattern I liked to use the yarn. Until I realized I could not knit 5 sweaters per season.
Making too much: I have quite a collection of cowls and hats (my hat collection has grown substantially after last year’s Fringe Hatalong). So this year, I’m not planning any accessories. I am now assessing what I have been making these past few years: things that are not worn are frogged, the yarn reclaimed and set aside for future projects. Which means my stash is nowhere near to be empty.
Comment éviter d’acheter de la laine sans réfléchir? J’ai discuté de cela l’année dernière lorsque j’ai réalisé que mon stock ne travaillait pas en ma faveur. La première décision fut d’arrêter les clubs de laine et les soldes massives de WEBS ou Knit Picks, toujours super tentantes. Je rationalisais toujours mes achats en planifiant un patron précis avant de commander un stock de laine en solde, jusqu’à ce que je réalise que je n’étais pas capable de tricoter 5 pulls par saison.
Faire trop: j’ai un stock imposant de cols et de bonnets (le Hatalong de l’année dernière a considérablement agrandi ma collection en quelques semaines). Du coup, je me calme cette année. Je suis en phase d’évaluation de ce que j’ai fait ces dernières années: ce qui n’est pas porté est détricoté, je récupère la laine et la mets de côté pour des projets futurs. Ce qui fait que mon stock ne désemplit pas très vite.

img_1027

Making time and space to make – prendre le temps de faire

Everyone has 24 hours each day. What we choose to do with them is up to us. I choose knitting whenever I can, trying to maintain balance with all the other things that need to be done and the things I like to do outside of knitting. I love the idea of always having a project in the works, or in planning. It keeps me moving forward. As for space, I should have a bit more soon, with a room of my own in a new house. I’ll tell more about it when the time comes.
Nous avons tous 24 heures par jour. Il n’appartient qu’à nous de choisir ce que nous faisons de ces heures. Je choisis de tricoter dès que je peux, tout en essayant de garder l’équilibre avec toutes les autres choses qui doivent être faites, et les choses que j’ai envie de faire en-dehors du tricot. J’aime avoir toujours un projet en cours ou un projet à planifier. Cela me pousse vers l’avant. Pour ce qui est de l’espace, je devrais bientôt en avoir un peu plus, avec une pièce rien qu’à moi dans une nouvelle maison. Je vous en dirais plus lorsque le moment sera venu.

on my radar

Where I stop to reflect on the coming weeks and what I plan to do, knit, read or other.
Ma petite pause pour rassembler mes projets et mes plans de tricot, lecture et autres pour les prochaines semaines.

Knitting & other events/Événements tricot et autres

image ©Fringe Association , ©Knit Picks
©Knit Stars, ©Love Knitting
©Wear Lemonade instagram
  • Slow Fashion October (#slowfashionoctober in IG and other social media) is ongoing for the entire month, filled with discoveries and goals. What motivates you to slow down on the fashion side – spend less, waste less, enjoy more ? No matter what drives you, it’s interesting to see that many more join every year.
    Le Slow Fashion d’Octobre (#slowfashionoctober sur Insta et autres réseaux sociaux) se poursuit pendant tout le mois, l’occasion de se poser des questions sur ses rapports à la mode jetable ou non, et de fixer des objectifs si on le souhaite. Qu’est ce qui vous motive – dépenser moins, gaspiller moins, vous amuser davantage? Quelque soit votre motivation, c’est intéressant de voir ce mouvement gagner de l’ampleur chaque année.
  • The Knit Stars event just started on Monday, October 10th. Too bad this corresponds to a busy time for me, but guess what: my videos will be available for as long as I want. I’m particularly looking forward to Hannah Fetig’s class, which echoes the questions we ponder over at Slow Fashion October.  My first real knitting event, even if it’s a virtual one, I’m really looking forward to watching the classes.
    L’événement Knit Stars, qui débute le 10 octobre. Dommage que cela tombe en plein dans une semaine chargée, mais vous savez quoi: les vidéos sont disponibles aussi longtemps que je le veux. J’attends impatiemment le cours d’Hannah Fetig, qui fait écho aux questions posées pendant ce Sloctobre. Mon premier vrai cours de tricot, même s’il est virtuel. J’ai hâte de découvrir les cours déjà publiés.
  • A fiber event in my new home country, Brittany. A link from a link from a link directed me to Toisons Bretonnes, and low and behold, there is a fiber event in November, not too far from here. The opportunity to discover local yarns and local fiber addicts. The big question is: will the family follow, or just roll their eyes at the mere idea of a fiber festival ? I might be better off asking a friend.
    Un salon fibre dans ma nouvelle région, la Bretagne. En suivant un lien puis un autre puis un autre je suis tombée sur Toisons Bretonnes, et incroyable, il y a un salon en Novembre, pas trop loin de chez moi. L’occasion de découvrir des fibres locales et des passionnées dans ma région. La grande question: vais-je réussir à convaincre ma famille de venir, ou bien aurais-je aux yeux en l’air à la première mention de salon de laine? Je ferais sans doute mieux de me trouver une amie pour y aller.
  • Knit Picks 12 weeks of gifting: 12 free patterns for 12 weeks. I saw the post from week 1 but totally forgot to download the beautiful Fair Isle cardigan that was gifted. I made sure not to miss week 2, and the pattern for week 3 is now available. Don’t miss out and check this page every Wednesday for a new pattern.
    Les 12 semaines de cadeaux de Knit Picks (en anglais seulement): 12 patrons gratuits, un par semaine. J’ai bien vu le billet de la première semaine mais j’ai complètement oublié de télécharger le patron du joli cardigan jacquard proposé. Je me suis ratrapée cette semaine et le patron de la semaine 3 est maintenant en ligne. Si vous voulez ne rien manquer, marquez cette page et allez-y tous les mercredis pour un nouveau patron gratuit.
  • I joined The Flock, a blogger ambassador program from Love Knitting. It’s early days yet, but it is already motivating me to work a bit more on my blog and not keep my drafts in draft mode for ever. I’m looking forward to know more about The Flock plans and share them with you.
    J’ai rejoint The Flock (le troupeau), le programme d’affiliation de blogs de Love Knitting. Ce n’est que le début, mais cela me motive à travailler un peu plus sur mon blog et ne pas laisser mes brouillons en friche pendant des mois. J’ai hâte d’en savoir plus et de vous faire découvrir ce que The Flock nous prépare.
  • And I’m looking forward to visiting the pop-up shop from Wear Lemonade in Paris, where I will be for a few days at the end of the month. One of the perks of being back on France, two hours on a train and I’m in Paris.
    Et j’ai hâte de pouvoir faire un tour à la boutique pop-up de Wear Lemonade à Paris, où je vais passer quelques jours à la fin du mois. Un des avantages d’être rentrée en France, deux heures de train et je suis à Paris.

Knitting List/Liste de projets

image
 Origami© knit.wear Spring 2012 – mine: Bergerama, Bergère de France in Vendange
Rhombille ©Amy Gwatkin, Thessaly ©Rachel Hayton,  Right Angle ©Amy Gwatkin
  • The month I spent with nothing on my needles was terribly hard. Granted, we had just moved in a new flat, fresh off Canada, trying to adjust back to France and it was very stressful and emotional. Not having anything to knit didn’t help, but I could not seem to find a suitable project. I finally settled for this deceptively simple sweater with an interesting construction, and a way to use a yarn I don’t love but seem to fit well with this pattern. I haven’t been this excited about a project in a long time.
    Le mois que j’ai passé sans rien sur mes aiguilles a été vraiment dur. Bon, c’est sûr on venait juste d’emménager dans un nouvel appartement, tout frais débarqués du Canada, en pleine réadaptation, bref, c’était intense et plein d’émotions. Ne rien avoir à tricoter n’a pas aidé, mais je n’arrivais juste pas à trouver un bon projet. J’ai finalement jeté mon dévolu sur ce petit pull tout simple avec une construction intéressante, un bon moyen d’utiliser un fil dont je ne suis pas folle mais qui semble se plaire avec ce patron. De fait, ce pull semble se tricoter tout seul tellement ce projet m’enchante.
  • Next on the To Knit list: spring projects rather than fall or winter ones. I have a lot of knitted accessories already and with my usual slowness, I’m seriously thinking of starting my spring knits in November. Since I moved to a much more temperate climate, I think it makes sense. Even if it means I will be more in tune with New-Zealand than Canada (I regularly listen to Truly Myrtle’s podcast, I love her sweet New-Zealand accent). I love these recent Pompom patterns and I’ve got the required yarn in my stash for these three projects.
    Sur ma liste de projets: pas beaucoup de projets hivernaux en vue, en fait. J’ai déjà beaucoup d’accessoires et avec ma lenteur coutumière, je pense sérieusement à débuter mes tricots de printemps en novembre. Histoire de les porter en saison, et pas une année plus tard. Et puis avec notre nouveau climat, ça fait du sens. Le printemps viendra bien plus tôt qu’au Canada. Tant pis si je me retrouve plus en phase avec les tricoteuses de la Nouvelle-Zélande que celles de la côte Est (j’écoute régulièrement le podcast de Truly Myrtle, je raffole de son doux accent néo-zélandais). J’aime beaucoup ces patrons de récents magazines Pompom, et j’ai tout ce qu’il faut dans mon stock pour les tricoter. 

Reading list/liste de lecture

image

©Making ©Mollie Makes
  • I’m eagerly waiting for the second volume of Making Magazine. The theme is Fauna, and the cover already makes me wonder which beauties it will contain.
    J’attends avec impatience le second volume de Making Magazine. Le thème est la Faune, et la couverture ne peut que me laisser imaginer les beautés à venir.
  • Mollie Makes: there is a French version now, readily available in most newsagents, and I am seriously considering subscribing. Just to push me beyond my knitting habits and expand my crafting skills, working with paper, cardboard, crochet and weaving maybe.
    La version française de Mollie Makes est maintenant disponible un peu partout ici, et je pense sérieusement à m’abonner. Juste pour me pousser hors de mes zones de confort et apprendre de nouvelles choses, travailler avec le papier, le carton, le crochet et le tissage aussi.

Wish List/les envies

image

©Espace Tricot © Pompom mag instagram
© Koel magazine ©Fringe Supply Co
  • Please can someone send me the West Knits books to review ? While the book price is only a fraction of the total of all the patterns it contains bought individually, I still find it quite expensive for a knitting book at 42$. But if you’re a fan and do not have any of the patterns yet (which might seem odd but could happen) you might decide it’s worth it. Maybe an original pattern would be an additional incentive, don’t you think?
    Bon, est-ce quelqu’un veut m’envoyer le livre de Stephen West à commenter? C’est vrai que le prix du livre est bien moindre que le total de tous les patrons qu’il contient si vous les achetiez individuellement à 42$ (38 € au cours actuel), je le trouve quand même assez cher pour un livre de tricot. Mais si vous êtes fan et que vous n’avez encore aucun de ces patrons (ce qui peut sembler paradoxal mais néanmoins possible) vous pourriez décider que cela en vaut la peine. Un patron inédit serait une motivation supplémentaire, vous ne pensez pas?
  • The next Pompom magazine which will be previewed at the next Rhinebeck festival, the knitters Mecca. I’m pretty sure I will be able to find it at Purple Laines shortly.
    Le nouveau Pompom sera dévoilé en primeur au festival Rhinebeck, la Mecque des tricoteuses. Je suis sûre de pouvoir le trouver chez Purple Laines prochainement.
  • This new magazine Koel – dedicated to fiber crafting for home, which looks totally awesome. Yes, I’d be happy to review it too, dear editors. A good thing Marie-Line, from Purple Laines, has already received them.
    Ce nouveau magazine Koel – dédié à la décoration intérieure en fibre, qui a l’air absolument superbe. Oui, je prends aussi pour revue, chers éditeurs. Heureusement Marie-Line l’a déjà en stock chez Purples Laines (qui risque de devenir mon fournisseur de choix pour mes revues préférées).
  • A weaving loom. Still on my wish list. There are so many beautiful things I just have to give it a try.
    Un métier à tisser. Je vois trop de belles choses pour ne pas avoir envie de m’y essayer.

And while knitting/et en tricotant

  • Florence Foster Jenkins:
    the true story of a terrible opera singer. Because Meryl Streep can make you laugh and weep at the same time.
    La véritable histoire d’une cantatrice épouvantable. Parce que Meryl Streep est capable de vous faire rire et pleurer en même temps.

  • The Collection:
    a new series centered around a couture house, in Paris, after the Second World War. For the clothes and the style – vintage lovers, rejoice. I need to check this out, for sure, hoping they haven’t spread too much sex and violence in it, as they seem keen to do it on so many new series.
    La Collection: une nouvelle série autour d’une maison de couture, à Paris, après la Deuxième Guerre Mondiale. Pour les vêtements et le style – amoureux du vintage, réjouissez vous. Il faut que je jette un œil, c’est sûr, en espérant que ce ne soit pas trop assaisonné de sexe et de violence comme dans beaucoup de séries actuelles.

What’s on your radar?
Et vous, quels sont vos projets?

 

#slowfashionoctober – week 1

Le texte en français se trouve plus bas.

img_0984

A first for me, but not for many who have been participating in the Slow Fashion October initiative, craftily orchestrated by Karen Templer from Fringe Association. All the rules are here, anyone can play.

This year I have decided to give it a go. My recent move has made me painfully aware of how much there is in my closet, and how few of my clothes I actually wear. Some still have tags on. One of my goals for this month is to reduce the size of my closet, and recycle a host of beautiful designer clothes I do not wear but might interest someone else. I am still reluctant to simply give them away, but will do it if there is no other option. I have already started by giving my daughter, who is now a bit taller than me, some beautiful dresses, skirts and tops that no longer fit me.

One thing I can console myself with is that I have very little fast fashion, cheap garments that nobody seems to want. A long time lover of fashion and trends, I used to shop designer sales, or high-end items from big retailers like Zara and such. So most of what I have is beautiful, made with lovely, durable material. I still own a beautiful black velvet jacket I bought when I was 19.  Trends come and go, but a beautiful garment in a classic shape can live for a very long time.

But quantity is the problem here. I just have too much because I have not thrown anything away for the past ten years. Since then, not only has my body changed, my size, my tastes, but also my life circumstances. I no longer have to dress for work as I work from home most of the time. I dreamt a being a vintage siren, clad in gorgeous 30s or 40s inspired dresses, but feel most comfortable in jeans and cozy sweaters. The mid-life crisis has come and gone. I no longer feel the need to follow trends, even if I still love to look at what’s new and imagine crazy outfits for another life, or another me. The real me needs very little.

So Slow Fashion October means a new beginning on my quest for style – paring down, focusing on what fits me and my lifestyle, and getting rid of the impulse buys of the past. I realized a couple of years ago that most of my shopping was a way to reduce stress. Once the main source of stress was gone (a job I no longer cared for), as well as the shopping opportunities (working in downtown Montreal for years was a constant source of temptation), I became free of the need to shop. Taking up knitting a few years ago also helped a lot, even if I had a moment of compulsive yarn buying that created other problems (see here and here). Filling time with creative endeavors is a great way to relieve stress, and realizing that you can make things and wear them a revelation.

The real issue on my quest for a simpler, environmental friendly life has to do with kids clothes, a subject mentioned by many participants. How can you reconcile meaningful shopping, protection of the environment, care for quality when you have two children that grow like wild plants and always need something new, especially when you’re on a budget? I cannot escape the big retail brands, and see no point in spending a fortune on a sweater or a pair of pants that will be worn 6 months anyway. On the plus side, I have recycled most of my kids clothes since they were babies, and my daughter also has a fair portion of donated clothes in her closet. I wish I knew how to sew so I could reduce the percentage of clothes I buy for them. I’m not there yet. One step at a time.


Une première pour mois, mais pas pour beaucoup qui ont déjà participé au Slow Fashion Octobre, initiative savamment orchestrée par Karen Templer du blog Fringe Association. Toutes les règles sont ici, tout le monde peut participer.

Cette année j’ai décidé de jouer le jeu. Mon déménagement tout frais m’a fait douloureusement prendre conscience que j’ai beaucoup trop de choses dans mon placard, et que je porte très peu de mes vêtements. Certains ont toujours leur étiquette. Un des mes buts pour ce moi est de réduire la taille de ma garde-robe, et recycler une quantité de beaux vêtements de créateurs que je ne porte pas mais qui pourraient intéresser d’autres personnes. Je n’aime pas simplement donner mes vêtements à des inconnus mais je le ferai si je n’ai pas le choix. J’ai déjà commencé le travail en donnant des jolies robes, jupes et hauts trop serrés à ma fille qui vient de me dépasser en taille.

Une chose qui me console néanmoins: je possède très peu de vêtements cheap dont personne ne veut. J’ai toujours aimé la mode et les tendances, et j’avais l’habitude de faire mon shopping dans les soldes de créateurs, ou bien parmi les articles plus luxueux des marques de masse comme Zara ou autres. De fait, la majeure partie de ce que je possède est de belle qualité, fait de belles matières durables. Je possède une belle veste noire en velours que j’ai achetée lorsque j’avais 19 ans. Les tendances vont et viennent, mais une belle pièce de coupe classique peut vivre très longtemps.

C’est vraiment la quantité qui est problématique pour moi. J’ai juste trop de choses parce que je n’ai rien jeté depuis dix ans. Pendant ce temps, non seulement mon corps et ma taille ont changé, mais aussi mes goûts et mes circonstances professionnelles. Je n’ai plus vraiment besoin de m’habiller pour travailler puisque je travaille de la maison la plupart du temps. Je rêvais d’être une femme sirène glamour, enrobée dans des robes magnifiques de style années 30 ou 40, mais je ne me sens bien qu’en jeans et pulls cosy.  La crise de la quarantaine est passée. Je ne sens plus le besoin de suivre absolument les tendances, même si j’aime toujours les étudier et imaginer des ensembles fous pour une autre vie, une autre moi. La vraie moi a besoin de très peu en réalité.

Slow Fashion October marque donc le début d’une nouvelle recherche de style – épurée, centrée sur ce qui me correspond vraiment ainsi qu’à mon style de vie, et débarrassée des achats compulsifs du passé. J’ai réalisé il y a deux ans que la plupart de mes achats étaient un moyen de réduire mon stress. Une fois la source principale de stress disparue (un boulot que je n’aimais plus vraiment), ainsi que les opportunités d’acheter (travailler au centre-ville de Montréal était une source constante de tentation), je me suis libérée du besoin d’acheter. Commencer le tricot a beaucoup aidé également, même si j’ai eu ma phase d’achat compulsif de laine qui m’a posé d’autres soucis (voir ici et ). Remplir son temps libre de projets créatifs est un excellent moyen de soulager le stress, et réaliser que vous pouvez faire des choses et les porter une révélation.

Le véritable enjeu dans ma recherche d’une garde-robe plus simple et plus écologique est lié aux vêtements d’enfants, un point mentionné par beaucoup de participants. Comment réconcilier shopping intelligent et la protection de l’environnement avec deux enfants qui poussent comme du chiendent et ont toujours besoin de quelque chose de nouveau, surtout lorsque vous avez un budget serré ? Difficile d’échapper aux grandes chaînes, et je ne vois non plus pourquoi payer une fortune pour un pull ou un pantalon qui sera porté six mois. D’un autre côté, je recycle les vêtements des enfants depuis qu’ils sont bébés, et  la garde-robe de ma fille contient une bonne portion de vêtements donnés. J’aimerais savoir coudre pour pouvoir réduire la proportion de vêtements achetés,  mais je n’en suis pas encore là. Une étape à la fois.

 

the stash

#Trésorlaineux

Oh yes, I’m late for the ‘show your stash’ challenge but the days are just too short. You wouldn’t believe the number of papers you have to fill when you decide to settle in France. And we’re French ! I can’t imagine how crazy it must be for people coming from other countries. It’s been three months and I feel we’ve barely started to scratch the surface. Oh well, patience is a virtue, and a great way to exercise it is to deal with any administration in our beautiful country.
Euh oui, je suis assez en retard pour relever le défi ‘trésor laineux’ proposé par La Demoiselle d’Octobre mais les journées sont trop courtes. Revenus en France, nous croulons sous la paperasse. Et nous sommes de nationalité française ! Je n’ose imaginer ce que cela doit être pour les personnes qui viennent d’autres pays. Cela fait trois mois et j’ai l’impression qu’on vient à peine de gratter la surface. Bon, la patience est une vertu, et avoir affaire à l’administration de notre beau pays un bon moyen de l’exercer.

We settled in a flat early August, and while it is a temporary accomodation, I couldn’t wait to check and reorganize my stash. I had managed nearly everything in a bix box, but there were bits and pieces here and there, in pans for example.
Nous nous sommes installés début août dans un appartement qui sera une résidence temporaire, mais malgré cela, j’avais hâte de retrouver mon stock. J’avais presque tout rangé dans un énorme carton, mais il y avait des bouts à droite à gauche, dans des casseroles par exemple.

img_1003

I finally managed to retrieve my usual plastic bins and store everything again. This was the perfect opportunity to photograph my stash (well most of it anyway).I used to organize my yarn by weight, but a while back decided to switch to a color system. And this is how I will present the stash to you, by color families. This is a picture heavy post, so I decided to reduce the size of most pictures and present them in slideshow format.
J’ai finalement réussi à récupérer mes boîtes de rangement en plastique et à tout bien ranger de nouveau. C’était l’occasion de photographier mon stock (enfin, la plupart du stock). J’avais commencé par stocker mes laines par épaisseur, mais il y a quelque temps, je suis passée à un système par couleur. C’est comme cela que je vous le présente, par famille de couleurs. Pour éviter de trop surcharger l’article, j’ai un peu réduit la taille des photos et mis en mode diaporama.

The reds and pinks – Les rouges et les roses

This slideshow requires JavaScript.

From purples to yellow, the blues – du violet au jaune, les bleus

This slideshow requires JavaScript.

The nudes: browns and beiges – Les chairs: bruns et beiges

This slideshow requires JavaScript.

The neutrals: from black to white with a multicolor finish. Les neutres: du noir au blanc avec une touche multicolore pour finir.

This slideshow requires JavaScript.

That’s most of it, the most beautiful part of my stash anyway. I confess I have another small plastic storage cabinet and another box under the bed plus other containers (ahem), filled with odds and ends, and single skeins left overs from bigger projects or picked up here and there. But it would be tedious to show them all. If you’re really curious, feel free to explore my stash in Ravelry. I do have a lot to work with for the foreseeable future, is all I can say.

img_1027

Bon, ben c’est presque tout, la plus belle portion de mon stock en tout cas. J’avoue que j’ai un autre petit meuble plastique et une boîte sous mon lit contenant des restes et des pelotes solitaires provenant de ci, de là, plus quelques autres contenants divers (ahem). Mais ce serait vraiment trop long de tout montrer. Pour les plus curieuses, vous pouvez toujours explorer mon stock sur Ravelry. Tout ce que je peux dire, c’est de j’ai de quoi faire pour un bon moment.

bis repetita placent

Have you ever knit a pattern twice? Or more? Several patterns more than once ? I usually don’t like to do that, but I found it a great way to get out of my knitting depression. As several readers pointed out, I was only engaged in complicated projects at the time. I received great advice, including knitting something quick and easy. I did just that and it worked. I decided to rely on tried and true patterns, and had great fun doing it. Thank you again for your wise feedback.

Avez-vous déjà tricoté le même patron deux fois ? Ou plus? Plusieurs patrons plus d’une fois? Ce n’est pas mon habitude mais j’ai fait une exception pour les modèles suivants. Ils se sont révélés être un bon moyen de sortir de ma déprime tricotesque de cet hiver. Plusieurs lectrices m’ont fait remarquer avec justesse que je n’avais que des projets compliqués en cours. J’ai reçu de bons conseils, en particulier celui de tricoter quelque chose de facile et rapide. C’est ce que j’ai fait et cela a marché. J’ai décidé de travailler sur des patrons déjà testés, et je me suis beaucoup amusée. Merci encore pour vos conseils avisés.

Rye – Tin Can Knits

Yarn/Laine: Poems Silk Coral Reef (1st pair)  & Wildberry (2nd pair)

I knit a first pair of Rye for my daughter last year in this lovely blend of wool and silk.  It was a quick and easy project. I had a lot of Poems Silk in another colorway in my stash, originally planned a while back for a complex tunic that I no longer wanted to knit. I tried a simple cardigan, but the color repeat did not appeal to me.  I could not see myself sporting a garment with these stripes. Accessories ? Yes, it could work. However, I was stuck with my ongoing sock project and could not see the end of it. Was it wise to start another pair?

It turns out that knitting a quick pair in worsted weight was all I needed to get out of my rut. As soon as these were done, I managed to finish my tedious pair. Ta-da: two new pair of socks in the process. Win-win.On the left, my first pair in the Coral Reef colorway – on the right, the second in Boysenberry. Both in Poems Silk, a beautiful blend of wool and silk. And below, the completed pair of Stone’s Throw, in Pond Colorway (Knit Picks Stroll Tonal).

image

J’ai tricoté une première paire de Rye pour ma fille l’année dernière dans ce beau mélange de laine et soie. C’était un projet facile et rapide. J’avais encore plein de Poems Silk dans mon stock, dans un autre coloris qui était prévu à l’origine pour une tunique compliquée que je n’avais plus du tout envie de tricoter. J’ai commencé un petit gilet tout simple mais la répartition des couleurs ne me plaisait pas. Je ne me voyais pas porter un vêtement avec ces rayures. Des accessoires ? Oui, ca pouvait le faire. L’ennui c’est que j’étais coincé dans mon projet de chaussettes et je n’en voyais plus le bout. Était-ce avisé de débuter une autre paire ?

Il se trouve que tricoter une paire en grosse laine était juste ce dont j’avais besoin, Une fois cette paire terminée, j’ai attaqué ma paire ennuyeuse avec plus d’entrain pour la terminer rapidement. Ta-da: deux paires d’un coup. Gagnant-gagnant. Ci-dessus: à gauche, la première paire, à droite, la deuxième. Et ci-dessous, ma paire de Stone’s Throw, en Knit Picks Stroll, couleur Pond (Étang).

 

McMilne – Jane Richmond

Yarn/Laine: Poems Silk in Wildberry

My first McMilne is a cute shawl that I’ve been wearing a lot. But I was always a bit disappointed that it did not seem to have the length and drape of the original model, even if I used exactly 400 yards of yarn and blocked it heavily.

Then I thought: why not use more of this soft Poems yarn and whip up another McMilne ? This time, I did not stop at 400 yards. In fact, I stopped counting the balls pretty quickly, stopping only when I thought the shawl was big enough. I have not blocket it yet, since it’s going to be in a trunk for weeks. It already looks quite good though, really big and fluid as I wanted to. I just love the waffle texture of this stitch pattern. This pattern is super easy and makes for great mindless knitting. I could easily knit another, maybe in a blend of cotton of linen for the summer. It could look fantastic.

image

Mon premier McMilne est un beau petit châle que j’ai beaucoup porté. Mais je gardais une petite déception, celle de voir qu’il n’avait pas l’ampleur et la fluidité du modèle, même après avoir utilisé la même quantité de fil et bloqué au maximum.

J’ai repensé à mon fil Poems Silk et je me suis dit: pourquoi pas? Cette fois-ci je ne me suis pas arrêtée à 400 yards, j’ai cessé de compter les pelotes assez vite et j’y suis allée au feeling. Une fois qu’il m’a semblé assez grand, j’ai arrêté. Je ne l’ai pas encore bloqué parce qu’il va se trouver dans un malle pendant un moment. Il a déjà une bonne tête, bien grand et fluide comme je le voulais. J’aime trop cette texture gaufrée. Ce patron est vraiment super facile, et vous offre des heures de tricot détente. Franchement, je pourrais en tricoter un autre sans problème – ce serait vraiment joli dans un mélange lin-coton, ou lin-soie pour l’été.

Arbutus – Jane Richmond

Yarn/Laine: Madelinetosh Tosh DK in French Grey

Another great Jane Richmond pattern. I remember seeing Arbutus for the first time, wondering how those layers were built. I had a lovely skein of Madelinetosh stashed away for a long time just for that pattern. Seeing how cold it still was end of March, I decided it was time to use it and quickly knit this cowl to keep my neck warm for the rest of the spring. I wore it non-stop for the next few weeks. No fussing about with a long scarf or an intricate shawl; the structure of this cowl enables you to tuck it nicely under a coat, with no additional bulk on the neck.  I truly love it. It is very comfortable to wear. I think this one also could look great in a summer blend and light color.

image

Un autre beau patron de Jane Richmond. La première fois que j’ai vu Arbutus, je me suis demandée comment ces couches successives étaient construites. J’avais mis de côté un bel écheveau de Madelinetosh juste pour ce patron. Il faisait encore tellement froid au mois de mars que j’ai décidé qu’il était temps de sortir cette belle laine et de tricoter un petit col pour le reste du printemps. Je l’ai porté sans cesse les semaines qui ont suivi. Pas de prise de tête avec une longue écharpe ou un col encombrant; sa structure permet de le rentrer sous le manteau sans faire de bosses sur la nuque. Je l’aime beaucoup. Il est très agréable à porter. Franchement, lui aussi serait joli dans un mélange léger pour l’été et une teinte douce.

What about you? Are there any patterns you have knitted more than once? If so, please tell me.
Racontez-moi. Avez-vous déjà tricoté le même modèle plus d’une fois? Si oui, lequel ?

May challenge – DDF#5

le défi de Mai

Time for the monthly creative challenge organized by the French blog Mes petites récréations. This month’s theme was Fruits and Vegetables. I decided to make a vegetable eater, as I had started knitting a rabbit. One has to be creative with themes anyway, especially when they’re optional.

ddf

C’est le temps du défi mensuel créatif organisé par le blog Mes petites récréations. Le thème ce mois-ci portait sur les fruits et les légumes. J’ai décidé de faire un mangeur de légumes, puisque j’avais commencé à tricoter un lapin. Bon ben, il faut être un peu créatif avec les thèmes, non ? Surtout lorsqu’ils sont optionnels.
IMG_0880

 Pattern/patron: Lapin – Cheval Blanc.
This is a pattern from an old Cheval Blanc catalog that I cannot even find on Ravelry. I knit this once before, so I was pretty comfortable with it, after correcting the many mistakes the first time. I still think there are some left, as the arms and legs should be longer, according to the only pattern picture I’ve got. But hey, it works that way too.
C’est un patron d’un catalogue Cheval Blanc que je ne retrouve même pas sur Ravelry. Je l’ai déjà tricoté une fois, donc ce fut un projet sans trop de problèmes vu que j’avais corrigé pas mal de fautes le premier coup. Je pense qu’il en reste encore, si j’en crois la seule photo que j’ai, les bras et les jambes devraient être plus longs. Mais bon, il est mignon comme ça aussi.

IMG_0878

Yarn/Laine: Twisted cotton – Farmable Fibers (organic undyed/bio non-teint) + Drew Emborsky Sarcastic in Panty Raid (organic hand-dyed/coton bio teint à la main). DK weight.
I used this massive cotton skein found last year during the Knitter’s Frolic. My other ongoing project is using this yarn as well. Hard to pack this gigantic ball, so I am trying to use as much as I can, hoping the rest will fit in a cardboard box. It is not a very nice yarn to knit with, but I love the texture it gives to the simple garter stitch.
J’ai utilisé ce fameux coton trouvé l’année dernière au Knitter’s Frolic. Mon autre project en cours utilise le même fil. Difficile d’empaqueter cette énorme pelote, donc j’essaye d’en consommer le plus possible en espérant que le reste rentre dans un carton. Ce n’est pas un fil très agréable à tricoter, mais j’aime beaucoup la texture qu’il donne au point mousse.

IMG_0877

This was a request from my daughter. She came back from school today and screamed ‘my rabbit!’ as she saw it lying on the table, right after the last piece of thread was cut off. She’s not four, but fourteen. One is never too old for cute toys.
Ce lapin était une commande de ma fille. Elle est rentrée de l’école et a crié ‘mon lapin!’ en l’apercevant sur la table, le dernier fil à peine coupé. Elle n’a pas quatre mais quatorze ans. On n’est jamais trop vieux pour les doudous mignons.

IMG_0876

Mission accomplished for May. The theme for June is Summer, and that is a vast enough theme for anyone to find something nice to make or knit. I’ve got lovely summer blue yarns languishing in my stash. In the meantime, take a look at the other projects on Stella’s blog.
Mission accomplie pour Mai. Le thème de Juin est l’été, un thème suffisamment large pour que tout le monde puisse trouver quelque chose de sympa à faire ou tricoter. Il se trouve que j’ai de beaux bleus d’été qui s’ennuient dans mon stock. En attendant, allez voir la galerie de tous les projets du mois sur le blog de Stella.

yarny nightmare

Cauchemar laineux

I had a strange dream last night. I took a trip to a knitting event – in my dream it was the Knitters Frolic except it was taking place somewhere in London, in a God-forsaken place I had a lot of trouble finding. When I finally got there, the queue was big but somehow disappeared and I was left alone in front of a nice lady who said: closing time. I begged her to let me in, I had come from so far. She did and I was left to explore the venue, but guess what? I could not find any yarn. I kept passing by stall after stall of vaguely knitting related merchandise but no yarn. When I finally glimpsed a lovely corner with lovely hand-dyed skeins waiting for me, everybody was packing up. I begged them to let me buy something but they were adamant. Closing time!

All I could do was try to find my way back to the subway. It was pouring rain and the soil was muddy, and I had no shoes except an old pair of ugly sandals. Horrible through and through. I wonder what brought this about. I have no plans to buy yarn but I’ve been thinking about how best to pack my yarn for our big trip, and maybe I have yarn anxiety. What if our container sinks to the bottom of the ocean? What if all my precious skeins disappear, and I can no longer buy any, as ominously shown in this weird dream. Boy, was I glad to wake up and find it was all a dream after all.

Yes, I did put my stash in the bathtub one day, just to check if I could bathe in yarn. I could.

IMG_0464_1

Oui, j’ai vraiment vidé mon stock dans la baignoire un jour, juste pour voir si je pouvais prendre un bain de laine. C’était effectivement possible.

J’ai fait un rêve étrange la nuit dernière. Je me rendais à un salon de tricot – dans mon rêve il s’agissait du Knitters Frolic*, mais ce coup-ci il se situait à Londres, dans un endroit perdu que j’ai eu toutes les peines du monde à trouver. Lorsqu’enfin j’y arrive, la queue est immense mais semble disparaître sous mes yeux, et je me retrouve seule face à une charmante dame qui me dit: on ferme. Je la supplie de me laisser entrer, je viens de si loin. Finalement elle accepte et je me retrouve à explorer les allées, mais vous savez quoi? Je n’arrive pas à trouver de la laine. Je passe stand après stand rempli de marchandise vaguement reliée au monde du tricot, mais pas de laine. Quand j’aperçois enfin un joli stand plein de belles laines teintes à la main qui semble n’attendre que moi, tout le monde est en train de remballer. Je les supplie de me laisser acheter quelque chose, rien qu’un petit écheveau, mais rien à faire. On ferme !

Il ne me restait plus qu’à retrouver mon chemin vers le métro, sous une pluie battante et sur un sol boueux, sans autres chaussures qu’une paire de vieilles sandales moches. Vraiment horrible du début à la fin. Je me demande ce qui a bien pu causer ce rêve. Je ne prévois pas d’acheter de la laine en ce moment, mais je réfléchis  à la meilleure façon d’empaqueter ma laine pour notre grand voyage, et c’est peut-être une angoisse laineuse. Et si notre container sombrait au fond de l’océan, emportant avec lui toutes mes précieuses pelotes, et que je ne puisse plus en racheter, comme dans ce rêve étrange ? Autant vous dire que j’étais plutôt heureuse de me réveiller et de constater que ce n’était qu’un rêve, après tout.

* pour les francophones: le Knitter’s Frolic se tient tous les ans à Toronto au mois d’avril.